L’homme qui marchait avec une balle dans la tête

Roman / Ed. Flammarion J’ai Lu / 2006 / Prix Ciné Roman / Prix du 1er Roman de la Forêt des Livres / Prix du 1er Roman Salon du Touquet Paris-Plage

SCAN L'HOMKI

 

Les premières balles sont arrivées, en silence. Les vitres se sont brisées, une épaisse fumée est sortie du capot, par saccades : des flammes, des arbres et des toits d’immeubles qui surgissaient encore çà et là, dans l’épaisse fumée noire. Dans l’habitacle nous n’étions plus qu’un seul cri monstrueux. La voiture est partie en travers. Dans ce dernier mouvement, j’ai aperçu Bruno, la gueule pleine de sang. Le sommet de son crâne était aplati, disloqué, ça n’était plus Bruno. Betty était accrochée à mes cheveux, elle m’a crié quelque chose que je n’ai pas compris. Un dernier mouvement de lèvres et puis le décor s’est immobilisé autour de son visage. La bordure du pont, vertical derrière elle. Son faciès s’est redressé. la fumée l’a momentanément effacée et puis elle est réapparue. mais dans ses yeux, elle n’y était plus, et je n’y étais plus non plus. C’était blanc, entièrement blanc. Presque plus rien et puis plus rien. Rien.”

 LE POINT (L'HOMKI)525CANARD 2PAGE527Le Parisien_LQMAUNBB524

 

 

revue litt

 

Capture d’écran 2013-05-29 à 19.20.06

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on TwitterEmail this to someone